• L’inquiétante montée du charlatanisme médical

     

    Captur-copie-1

    Le Sénat a nommé le 3 octobre une commission d’enquête sur l’influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé. Son rapport est attendu en avril.

    Étant donné la faillite évidente de notre médecine actuelle pour laquelle il n’y a que des maladies et non des malades, et les scandales qu’elle génère au fil des ans, il est normal que 40 % des Français se tournent vers les pratiques dites « non conventionnelles », dont l’efficacité « n’est pas avérée » par la science, mais qui guérissent néanmoins.

    Cela n’empêche pas le Dr Patrick Romestaing, président de la section santé publique et démographie du Conseil national de l’Ordre des médecins, de déclarer que « Ces méthodes alimentent la suspicion ambiante vis-à-vis de la médecine traditionnelle, des vaccins et des médicaments ».

    Et alors ! Si les malades avaient eu plus de suspicion vis-à-vis de la médecine qu’il appelle « traditionnelle » et qui ne l’est surtout pas, des médicaments et des vaccins il n’y aurait pas eu les milliers de victimes de la Thalidomide, du Tamoxifène, du Distilbène, et plus récemment du Vioxx, du Médiator, sans compter ceux qui n’ont pas tué assez de monde pour être retirés mais sont considérés comme très dangereux, tels le Celebrex®, le Roaccutane® ou la Ritaline® et bien d’autres molécules chimiques dont les victimes ne seront jamais ou presque dédommagées. Il n’y aurait pas eu, non plus, les très nombreux décès de nouveau-nés et d’enfants encore jeunes et les dizaines de milliers de handicapés dus aux accidents vaccinaux « très rares » dit-on, mais qui se chiffrent par milliers à travers le monde.  SUITE

    « Une fusillade dans une école du Connecticut fait 26 mortsUne pandémie silencieuse »
    Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter